Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Mon Eglise avec les jeunes
menu

SOS MEDITERRANEE au Lycée Jeanne d'Arc

Face à l’inacceptable, soyons humain, agissons !

   

Tel est la devise inscrite sur les tracts de l’association.

Depuis l’an 2000 c’est plus de 50000 personnes qui sont mortes ou qui sont portées disparues en mer méditerranée en tentant de rejoindre les côtes européennes. La traversée entre la Libye et l’Italie en fait l’axe migratoire le plus mortel au monde. En 2016, 4576 personnes ont péri sur cette route.

Face a cette tragédie, la société civile européenne s’est mobilisée pour créer en 2015, SOS MEDITERRANEE, une association européenne de sauvetage en mer Méditerranée.

Sur la proposition de l’équipe pastorale, Jeudi 11 et vendredi 12 janvier, l’Association est intervenue au Lycée Jeanne d’Arc auprès de l’ensemble des élèves en terminale.

Présentation de la structure, des missions, des hommes et des femmes qui la compose et interventions remarquées et impressionnantes de ce jeune réfugié sauvé des eaux et de Tugdual jeune marin, originaire de Guémené sur Scorff et ancien élève du lycée.

SOS MEDITERRANEE fonde son action sur le respect et la dignité de toute vie humaine, quel quelle que soit sa nationalité, son origine, son appartenance sociale, religieuse, politique ou ethnique. L’association s’acharne tout simplement depuis sa création à sauver des vies.

26000 personnes ont ainsi été secourues depuis le lancement du bateau sur la Méditerranée.

Comment rester sourd et aveugle devant la détresse d’hommes, de femmes et d’enfants se noyant devant les côtes européennes ?

C’est à cette question que Tugdual à voulu répondre en s’engageant. Pour lui, impossible de rester inactif devant la détresse humaine. Impossible de rester silencieux alors que plus d’un million d’êtres humains sont poussés à la mort aux portes de l’Europe.

En écho à son témoignage, celui de ce jeune guinéen dont le but à l’origine, n’était pas de venir en France, mais de tout simplement  quitter son pays et de trouver du travail quelque part sur le continent africain. Arrivé en Algérie, il a été victime comme beaucoup d’autre de faux passeurs qui l’ont capturé, enfermé, privé de nourriture et qui ont réclamé une rançon à ses parents. En Libye, même scénario, le garçon est victime du racisme anti-noir. Il évite de peu d’être vendu comme esclave et se retrouve un matin sur une plage, forcé à monter dans une embarcation pour un voyage sans retour.

Après plusieurs heures de navigation, et alors que l’embarcation commence à couler, les bidons d’essence sont vidés pour servir de boue. Au loin, l’Aquarius qui finira par les repérer et procèdera à leur sauvetage.

Une histoire particulière parmi beaucoup d’autre …

Les élèves de terminale en demeurent sans voix. Peu de question ... Mais que dire devant la profondeur de ces témoignages ?

En répondant tout simplement au dernier appel lancé une fois de plus par le Pape François. 

"L’arrivée des migrants doit pousser l’Europe  à redécouvrir son patrimoine culturel et religieux propre, de sorte que, reprenant conscience de ses valeurs sur lesquelles elle s’est édifiée, elle puisse en même temps maintenir vivante sa tradition et continuer à être un lieu accueillant, annonciateur de paix et de développement ... la construction de sociétés inclusives exige comme condition une compréhension intégrale de la personne humaine, qui peut se sentir vraiment accueillie quand elle est reconnue et acceptée dans toutes les dimensions qui constituent son identité, y compris religieuse ..."

Le pape a souligné que migrants et réfugiés mettaient le cap vers l’Europe pour y trouver « paix et sécurité », « fruit d’un long cheminement né des idéaux des pères fondateurs du projet européen après la Seconde guerre mondiale ».

« L’Europe doit être fière de ce patrimoine, fondé sur certains principes et sur une vision de l’homme qui plonge ses bases dans son histoire millénaire, inspirée par la conception chrétienne de la personne humaine »

  Album photos

SOS MEDITERRANEE

Actions sur le document
  • Imprimer